Saints bretons

Bienheureux Julien Maunoir

Si les premières vagues d’évangélisateurs aux V° et VI°Siècles ont forgé les premières bases de la Bretagne catholique, menées par de grands Saints comme Saint Gildas, Saint Corentin ou encore Saint Patern, la Bretagne connu à la fin du XVI° et début du XVII°Siècle deux grands évangélisateurs : le premier fut le Vénérable Michel Le Nobletz (1577-1652) et surtout le Bienheureux Julien Maunoir, « Tad Maner », figure majeure du catholicisme breton du XVII°Siècle.
Né le 1°Octobre 1606 à Saint Georges de Reintembault (Ille et Vilaine), le jeune Julien est élevé dans une famille de cultivateurs. Envoyé au collège des Jésuites de Rennes pour son éducation, il entre au noviciat de Saint Germain de Paris en 1625. Lorsqu’il était encore étudiant au collège de Quimper en 1630, il reçoit la visite de Dom Michel le Nobletz, qui voit en lui son successeur dans l’évangélisation de la Bretagne.

Un jour, alors qu’il était en prière dans la chapelle de Ti Mamm Doue (« la Maison de la Mère de Dieu ») à Kerfeunteun, le Père Maunoir reçoit par la main d’un Ange la connaissance de la langue bretonne, par l’intercession de la Sainte Vierge Marie. Fortifié par ce miracle, il fait le choix de se dévouer aux missions bretonnes, et plus spécifiquement à l’évangélisation de la Basse-Bretagne. Il est ordonné prêtre le 6 Juin 1637 à Bourges.

Après avoir fait son Troisième An à Rouen entre 1638-1639, il est finalement de retour en Bretagne en 1640 et entame sa première mission à Douarnenez (1641). Dès lors et pendant près de 43 ans, il n’aura de cesse de parcourir la Bretagne à pied, réalisant près de 439 missions de Crozon à Rennes. Le Père Maunoir estima que chaque année, près de 40 000 personnes étaient instruites, avec près de 3 000 conversions.

Pour appuyer sa catéchèse et développer ses missions, le Père Maunoir usa de trois méthodes déjà étrennées par le Vénérable Michel le Nobletz ou le Père Huby avant lui : des tableaux de missions (« taelennoù »), les cantiques bretons et français et les processions, moments clés de chaque mission où les fidèles venaient en grand nombre entourer an Tad mad. Plusieurs prêtres accompagnaient le Père Maunoir dans ses missions, à commencer par le Père Bernard ou le Père Huby.

Dans le cadre du développement des cantiques bretons, le Père Maunoir publia en 1641 le recueil Canticou spirituel hac instrutionou profitable evit disqui an hent da vont dar Barados. Composed gant an Tat Julian Maner Religius eus ar Gompagnunez Iesus, corriget ganta a nevez en Edition pemzegvet man. , qui sera ensuite complété en 1671 par un autre ouvrage Templ consacret dar passion Jesus-Christ batisset gant ar Speret glan er galon ar Christen devot puis par un recueil de prières cornouaillaises An Abrege eus an Doctrin christen.

Epuisé par toutes ses missions, il rend son âme à Dieu le 28 Janvier 1683 à Plévin.

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez commander notre numéro 9 – l’âme bretonne via notre Boutique en ligne.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.