Calvaires et croix
Patrimoine

Calvaires et croix

Notre belle région bretonne compte d’innombrables croix, crucifix et calvaires qui, tel un immense chapelet de granit, rend grâce à Dieu. Chacun est unique dans son message, mais également unique dans sa taille, dans sa mesure et dans sa qualité. En 1902, pour pouvoir les distinguer, le Chanoine Abgrall les divisait en trois catégories différentes, dans son ouvrage Les croix et les calvaires du Finistère :

  1. Les calvaires de premier ordre, composés d’un grand massif de maçonnerie de granit, plus ou moins orné et mouluré. Sur chaque face deux zones superposées représentent toute la série des scènes de l’enfance, de la vie et de la Passion de Notre Seigneur, le tout est surmonté d’un crucifiement comprenant la croix du Sauveur et celles des deux larrons, sans compter un certain nombre de bourreaux avec le centurion et des princes du peuple à cheval. On pense notamment aux 7 calvaires monumentaux, mais on peut également citer le grand calvaire de Kergrist-Moëlou.
  2. Les calvaires secondaires, qui comportent un massif de plus petite dimension et un seul rang de personnages adossés à ce massif ou surmontant la plate-forme. Ces calvaires, plus nombreux que les précédents, peuvent être trouvés un peu partout en Bretagne : Briec (1556), Cléden-Poher (1575), Ergué-Gabéric, Gouézec (1554), etc…

La suite de cet article est disponible dans notre numéro Kroaz ar Vretoned – Martyrs, la Puissance de la Grâce, disponible à l’achat sur notre boutique.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.