Feiz ha Breiz
Patrimoine

Feiz ha Breiz, le journal précurseur

Dans la foule de périodiques catholiques bretons, Feiz ha Breiz (Foi et Bretagne) fait figure de précurseur, mais également de figure de proue : publié à partir du 4 Février 1865, il est le premier périodique à faire complètement le pari du breton. Fondé par l’Abbé Léopold de Lesélec et Mgr René-Nicolas Sergent, la direction de la publication de ce premier Feiz ha Breiz est confiée à l’Abbé Goulven Morvan. Le Pape Pie IX félicita lui-même l’Abbé de Lesélec pour la qualité de la publication : « « Lavarit a ri d’ar Vretoned derc’hel d’o yezh kement a reont da vab o lagad ; ar yezh a zalc’h o feiz. Bez ez int evel ur voger etre ar Vretoned ha spered nevez ar bed hag hemañ n’eo ket spered Doue ». (Vous direz aux Bretons qu’ils tiennent à leur langue comme la prunelle de leurs yeux. C’est un rempart contre les idées nouvelles qui ne sont pas nourries de l’esprit divin) »

Cette première version hebdomadaire du Feiz ha Breiz, tiré à près de 2000 exemplaires, se poursuivra jusqu’en 1884, date à laquelle le dernier directeur de publication Gabriel Milin (cf. Kroaz ar Vretoned n°3) en confirmera la disparition. Ce périodique se voulait accessible au plus grand nombre, et souhaitait donner aux lecteurs bretonnants des nouvelles « tous les pays et de les instruire sur tout comme l’indique le sous-titre de la publication (Kelou a bep bro ha kenteliou var pep tra, digasset bep sul da guement Christen a goms ar brezounek). »

Une seconde version, bimestrielle cette fois-ci, est relancée en Janvier 1900 et se rattachera progressivement à l’association Bleun-Brug de l’Abbé Perrot. Passé mensuel en 1907 sous l’impulsion de l’Abbé Perrot, le journal voit ses tirages augmenter au fur et à mesure des années : 7000 exemplaires sont tirés mensuellement en 1912, et 10 000 exemplaires en 1924. En parallèle de ces publications, une nouvelle revue mensuelle est lancée à destination des plus jeunes lecteurs, Feiz ha Breiz ar Vugale (Foi et Bretagne des Enfants en breton). Elle sera publiée de 1933 à 1939, sous la direction de l’illustrateur Herry Caouissin.

Le journal Feiz ha Breiz sera frappé en plein cœur par l’assassinat de l’Abbé Perrot en 1943. Le dernier numéro de Feiz ha Breiz paraît en mars-avril 1944 sous la direction de l’Abbé Laurent Bleunven, et Feiz ha Breiz sera temporairement remplacé par la revue Kroaz Breiz (1948-1950) puis enfin par la revue Bleun-Brug jusqu’en 1984.

Cet article est paru dans notre numéro d’Octobre de Kroaz ar Vretoned, A la découverte de nos Pardons, à commander via notre boutique en ligne.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.