François Vallée
Patrimoine

François Vallée, le grammairien breton

Le 3 Juin 1949, François Vallée, surnommé Ta dar brezoneg (« le Père du breton »), rendait son âme à Dieu à l’âge vénérable de 88 ans. Lexicographe renommé, grammairien reconnu, il était donc logique d’entamer cette nouvelle rubrique dédiée à la langue bretonne par un hommage au fondateur historique de Kroaz ar Vretoned et le remercier pour tout ce qu’il aura fait pour la langue bretonne, que ce soit par son formidable travail d’enseignement de la langue auprès de futurs grands chantres bretons comme François Jaffrennou (l’auteur du Bro goz ma zadoù), comme pour son travail de linguiste auprès d’autres grands noms comme Emile Ernault ou René le Roux.

Né le 26 Septembre 1860 à Plounévez-Moëdec, Fañch Vallée apprit très tôt le breton au contact des ouvrières de la papeterie de son père. Sa passion pour la langue bretonne se renforça encore après sa lecture de Barzaz-Breizh, passion qui le poursuivit pendant ses années d’études à Rennes où il put notamment assister aux cours de langues celtiques de Joseph Loth.

C’est à partir du 23 Août 1896, grâce au support notamment de l’Abbé Delangle, directeur de l’hebdomadaire La Croix des Côtes du Nord, que François Vallée put commencer à faire paraître chaque semaine une page en breton. A peine quelques mois plus tard, le 16 Janvier 1897, paraissait le premier numéro de Kroaz ar Vretoned, hebdomadaire entièrement rédigé en breton, qui continuera d’être imprimé pendant près de 22 ans, son arrêt étant principalement dû aux circonstances économiques particulières de l’après-guerre. Kroaz ar Vretoned sera tiré jusqu’à 8000 exemplaires, ce qui est considérable pour un hebdomadaire entièrement rédigé en breton.

Comme l’explique H.Corbès dans son Ouvrage La Vie et l’œuvre de François Vallée : « Pendant vingt-deux ans, Vallée devait y consacrer le plus clair de son temps et de sa modeste aisance ; il y mit tout son cœur, toute son âme. C’est lui qui rédigeait le plus grand nombre des articles, sur les sujets les plus divers, ce que lui permettait son savoir vraiment encyclopédique ».

En parallèle, François Vallée soutenait les activités culturelles bretonnes, à commencer par l’Union Régionaliste Bretonne dont il fut l’un des premiers membres, aux côtés d’autres prestigieux bretons comme Anatole Le Braz, Jaffrenou ou encore Théodore Botrel. François Vallée participa notamment à la création d’une Section de langue et de littérature bretonnes, avec son ami le Professeur Ernault.

Mais c’est surtout par son « travail de bénédictin » sur des ouvrages de référence comme son Grand Dictionnaire français-breton, ou encore la Langue bretonne en 40 leçons, que François Vallée restera connu. Comme le disait F.Falc’hun dans ses Annales de Bretagne : « Par son œuvre de grammairien et de lexicographe, F.Vallée était devenu le véritable législateur de la langue bretonne. La langue bretonne en 40 leçons en était à sa dixième édition en 1945. Sous une présentation un peu touffue, c’est la grammaire qui a le mieux formulé les lois fondamentales de la langue bretonne ».

De santé fragile, François Vallée finit sa vie dans une clinique près de Rennes, où de nombreux amis de la langue bretonne continuèrent de le visiter. Aujourd’hui enterré au cimetière de Saint Brieuc, il reste l’un des grands noms de la langue bretonne et l’un des plus grands chantres de la Foi catholique bretonne.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.