Gradlon Meur
Patrimoine

Gradlon Meur, le Grand Roi

Si Conan Meriadec est considéré comme le premier Roi d’Armorique au IV°Siècle, il reste toutefois moins connu que son fils, Gradlon dit le Grand, Gradlon Meur. Tout comme pour Conan Meriadec, cette figure est toujours au centre des discussions entre historiens, et il n’existe que peu d’informations fiables sur son existence réelle, autres que la coutume populaire et les écrits tardifs.

Fils de Sainte Darerca et neveu de Saint Patrick, Gradlon aurait succédé à son Père à la tête de la Bretagne au début du V°Siècle (393 à 4051), en conservant le lieu de résidence à Quimper (Corispotium). Sa figure est liée à plusieurs légendes, dont celle de la submersion de la Ville d’Ys (voir Kroaz ar Vretoned n°10), mais également à celles de plusieurs grands Saints bretons, notamment Saint Corentin (voir Kroaz ar Vretoned n°4), Saint Gwénolé et Saint Ronan.

Au niveau historique, les IV° et V°Siècles sont marqués par une aggravation de la situation de l’Empire Romain d’Occident, qui, après avoir combattu les raids Scots venus d’Irlande, abandonne la Bretagne insulaire à partir de 410. Cette indépendance de peuples bretons insulaire à partir de 410. Cette indépendance de peuples bretons insulaires et la constitution des premiers royaumes dans les actuels Pays de Galles et Cornouailles, fragilisent également la domination romaine sur les peuples d’Armorique : ceux-ci, brièvement reconquis par Rome entre 417 et 424, arrivent à reconquérir leur indépendance par la suite. Certaines troupes d’Armorique soutiendront toutefois les Romains, aux côtés des Goths et Francs, lors de la Bataille des Champs Catalauniques face aux invasions Huns en 451.

Aujourd’hui encore, Gradlon a une place toute particulière pour les finistériens et même, plus précisément pour les Quimpérois. Ceux-ci ont même placé une Statue équestre du Roi Gradlon entre les deux flèches de la Cathédrale de Quimper : l’actuelle, placée en 1858 par l’architecte Joseph Bigot, remplace celle détruite lors de la Révolution en 1793. Une ancienne coutume plaçait la fête du Roi Gradlon le 26 Juillet :

« La Psallette, encadrée du clergé, se rangeait sur la plateforme entre les tours, « chantait un hymne à grand chorus, accompagné de musiciens », après quoi un héraut de ville, en casaque de satin blanc, armoriée du « cerf passant à senestre, la tête contournée, au-dessus de l’écu de Bretagne plein », se hissait sur la croupe du cheval de Gradlon » .

La suite de l’article est à lire dans notre numéro 12 « Sainte Jeanne d’Arc et la Bretagne », disponible sur ce lien.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.