Pardons en Bretagne
Inculturation bretonne

Inculturation bretonne : un repli identitaire ou un sursaut nécessaire pour l’évangélisation ?

Dès qu’il est question de la défense de la langue, culture ou histoire bretonne, le couperet du « repli identitaire » n’est jamais loin. Et pour cause : dans une France en proie aux doutes politiques, sociaux ou même économiques, il pourrait être facile de chercher un réconfort – temporaire et stérile – dans un repli sur soi, une exécration sans discernement d’un système qui, à bien des égards, prête le flanc à la critique. Certains ironiseront donc en présentant le souhait d’inculturation bretonne comme du « folklore » attrape-touristes, tandis que d’autres le rangeront dans la case des velléités séparatistes mal placées, en passant donc à côté du sens profond de cette question pourtant essentielle.

A ces critiques, le Projet de Mission du Diocèse de Vannes répond de la plus belle des manières, en citant la Lettre Pastorale pour la Promulgation des Orientations diocésaines :

« Notre région de Bretagne est riche d’une grande culture qui a façonné la vie des générations qui nous ont précédés et qui est bien vivante au travers d’un patrimoine architectural et musical prolifique, au travers de modes de vie spécifiques et d’une langue qui est un des vecteurs fondamentaux de sa transmission. Comment y serons-nous acteurs aux côtés de ceux qui vivent de cette culture et qui veulent la partager ? »

De plus, il est également important de rappeler que la connaissance et la reconnaissance d’une identité régionale ou nationale, par une culture, une langue, une histoire ou un patrimoine spécifique, n’impliquent pas intrinsèquement au rejet des autres identités régionales ou nationales. C’est toute l’ineptie de la rhétorique du « repli identitaire » face au souhait d’inculturation bretonne : souligner la beauté de la culture bretonne et souhaiter témoigner du Christ en son sein n’exclut pas l’œuvre d’évangélisation dans les autres régions et langues, ni n’en abaisse la valeur. Comme l’écrivait parfaitement bien Saint Jean Paul II dans l’Encyclique Redemptoris Missio : « Les chrétiens et les communautés chrétiennes sont profondément intégrés à la vie de leurs peuples, et ils sont des signes évangéliques par la fidélité à leur patrie, à leur peuple, à leur culture nationale, tout en gardant la liberté que le Christ leur a acquise. » Il ne s’agit donc pas d’une mise en avant d’une identité bretonne « face » à une identité française ou encore européenne, mais d’une volonté d’une réconciliation des deux faces de la même pièce, un souhait de s’appuyer sur l’ensemble complet des traditions héritées de nos ancêtres pour avancer sur les chemins de la Foi et annoncer le Christ.

Le chanteur Denez Prigent utilise régulièrement l’image, très parlante, de la « fleur bretonne au milieu du champ français », pour répondre aux journalistes sur son amour de la Bretagne. C’est ainsi qu’il faut voir l’actuel appel à l’inculturation en Bretagne : une exhortation à la préservation de cette belle fleur, pour l’annonce du Christ.

Car c’est là une dimension toute particulière de la Bretagne : profondément marquée par le catholicisme dans sa culture et son histoire, les nouvelles générations de bretons n’ont pas à faire cette «intime transformation des authentiques valeurs culturelles par leur intégration dans le christianisme», mais simplement à préserver, transmettre et faire resplendir toute cette histoire catholique bretonne, que ce soit par la connaissance des Saints Bretons, la préservation de ses pardons et de ses cantiques, ou tout simplement par l’entretien de ses chapelles, calvaires et églises.

Quasiment unique en France, l’édifice catholique breton relève toutefois du château de carte, seulement soutenu par quelques bonnes volontés aujourd’hui. C’est pourquoi la prise de conscience et la mobilisation des catholiques bretons est aujourd’hui salutaire et indispensable !

Paul VI demandait, dans son Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi sur l’évangélisation dans le monde moderne « d’évangéliser – non pas de façon décorative, comme par un vernis superficiel, mais de façon vitale, en profondeur et jusque dans leurs racines – la culture et les cultures de l’homme, dans le sens riche et large que ces termes ont dans Gaudium et spes […]. Le Règne que l’Évangile annonce est vécu par des hommes profondément liés à une culture et la construction du Royaume ne peut pas ne pas emprunter des éléments de la culture et des cultures humaines ».

Ne soyons donc pas des catholiques d’apparence ! L’Inculturation bretonne, loin d’être un repli identitaire, appelle à ce sursaut nécessaire d’évangélisation, au développement de cette « fleur catholique » qui doit non seulement grandir et s’épanouir mais, espérons-le, embellir l’ensemble du champ, à la plus grande Gloire de Dieu.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.