Fondation du Diocèse de Quimper
Patrimoine

Kemper, Corispotium et Cornouailles

La fondation des évêchés bretons est sans doute l’une des périodes historiques la plus importante dans l’Histoire de la Bretagne. Sur une période qui s’étale du III°Siècle à la fin du VI°Siècle, neuf évêchés seront ainsi fondés : Nantes (Saint Clair), Cornouailles (Saint Corentin), Dol (Saint Samson), Léon (Saint Pol Aurélien), Rennes (Saint Melaine), Saint Brieuc, Saint Malo, Tréguier (Saint Tugdual) et Vannes (Saint Patern).

Un point important : dans l’histoire bretonne, c’est seulement à l’époque du règne d’Erispoë, fils de Nominoë, que les comtés de Rennes, Nantes et du Pays de Retz rejoignirent la Bretagne, après la Bataille de Jengland en Août 851. C’est pourquoi l’on parle toujours des sept Saints fondateurs de la Bretagne, Saint Melaine et Saint Clair n’y apparaissant pas. Ces évêchés, qui perdurèrent jusqu’au Concordat, furent les premières bases de la construction de la Bretagne, et les témoins de l’avènement d’un grand nombre de nos Saints bretons.

Historiquement, pour bien comprendre la géographie des évêchés bretons, il faut remonter aux différents peuples gaulois de la péninsule armoricaine, et plus spécifiquement à leur répartition géographique à la fin du V°Siècle, expliquée dans la Notitia Galliarum. Ainsi peut-on voir la Cité d’Aquilonia, fondée par les romains sur les bords de l’Odet, proche de l’emplacement de l’actuelle ville de Quimper. La légende raconte que le Roi Gradlon, fuyant sur son cheval Morvac’h, se retrouva près de cette ville à un endroit où deux rivières se rejoignent. Il décida de s’y installer, et nomma tout simplement l’endroit du nom de « confluent », « Kemper » en breton.

Pour lire la suite, vous pouvez commander notre dernier numéro d’Octobre, A la découverte de nos Pardons, à commander via notre boutique en ligne.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.