Kroaz du
Bretons dans la Cité

Kroaz du ou Gwenn ha du ?

La vexillologie bretonne est passionnante. Multiples par leurs histoires, fascinantes par leur diversité, les bannières portées par les bretons dans l’Histoire vont des premières bannières ducales au Kroaz Du, en finissant bien évidemment par le plus récent Gwenn ha Du.

S’il est complexe de remonter avec certitude avant le XIII°Siècle, la première date marquante est l’avènement de Pierre Mauclerc au Duché de Bretagne, qui se fit attribué par le Roi Philippe Auguste un franc-quartier d’hermine. Pendant plus d’un siècle (jusqu’en 1316), les écus et les bannières des princes bretons portent l’échiqueté de Dreux d’or et d’azur au franc-quartier d’hermine. En 1316, le Duc Jean III décide d’abandonner ce franc-quartier pour adopter l’hermine plain, qui sera d’usage pour le Duché de Bretagne jusqu’en 1514, date du décès d’Anne de Bretagne.

Pour la Croix Noire (Kroaz Du), sa date de création reste floue : certains historiens estiment possible qu’elle ait été crée à l’occasion de la troisième croisade de 1188, mais ce point reste encore débattu. Toutefois, l’utilisation du Kroaz Du est bien attestée au XIV°Siècle lors du Combat des Trente de 1351. Le Kroaz Du était également arboré par les navires bretons et, complété d’hermines, fut le symbole de l’amirauté bretonne jusqu’en 1789.

Enfin, le Gwenn ha Du fut créé il y a tout juste un siècle par le militant breton Morvan Marchal dans les années 1923-1925, et rapidement adopté par de nombreux mouvements comme le Parti Autonomiste Breton (1927), le Gorsedd de Bretagne ou encore l’Association des Bretons émancipés, proche du Parti Communiste. Interdits de nombreuses fois par les autorités car considéré comme « séditieux », il est toutefois aujourd’hui considéré par beaucoup comme le drapeau breton de référence.

Toutefois, Morvan Marchal reste une personnalité complexe, et source de grandes divisions au sein même des bretons. Personnalité de gauche, franc-maçon, anticlérical, il était néo-païen (son nom druidique est Artonouios) et l’un des principaux fondateurs du Cercle Druidique Kredenn Geltiek. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison que l’opposition catholique refusera d’arborer le Gwenn ha Du et lui préfèrera le Kroaz Du. On pourra citer notamment les scouts Bleimor et la défense du Kroaz Du dans la revue Sturier-Yaouankiz.

Et la question reste donc toujours d’actualité : qui du Gwenn ha Du ou du Kroaz Du est le drapeau de la Bretagne ? Notre cœur catholique breton penchera évidemment pour le drapeau historique à la Croix noire qui a traversé les siècles depuis les croisades, pour symboliser notre belle Bretagne historique. Doit-on pour autant rejeter le Gwenn ha Du, malgré la belle dynamique actuelle sur la reconnaissance de l’identité bretonne ? Ou plutôt concilier l’utilisation de ces deux drapeaux, en préférant le Kroaz Du pour les évènements historiques et catholiques, et le Gwenn ha Du pour les autres évènements ?

Cet article est paru dans notre dernier numéro de Novembre, Enracinement et Mission, à commander via notre boutique en ligne.

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Riwanon a dit :

    Aujourd’hui en 2021, le gwenn-ha-du est tout aussi historique que le kroaz-du. Son histoire est ce qu’elle est, comme l’histoire du Kroaz-du ne doit pas être toute blanche. Pourquoi le kroaz-du serait à réserver pour les évènements catholiques, dans un pays où le profane et le sacré continuent malgré tout de cohabiter ? Pourquoi l’un plus que l’autre ? Une raison identitaire plus que de Foi, une manière de mettre en silo les signes et les symboles, une manière de diviser. Le chrétien travail à la réconciliation, à la paix … peoc’h !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *