Catholicon
Patrimoine

Le Catholicon, un premier témoin de l’Histoire de la langue bretonne

A l’instar du français ou encore de l’anglais, la langue bretonne possède une histoire riche et complexe, avec des évolutions régulières depuis plus d’un millénaire. Les lexicographes bretons sont nombreux au travers des siècles, du Père Grégoire de Rostrenen à Emile Ernault, et chacun apportera sa pierre à l’édifice de la langue bretonne, pour lui donner sa beauté actuelle.

Ainsi, en 1499 paraissait la forme imprimée du Catholicon du Père Jehan Lagadeuc, l’un des plus anciens ouvrages où apparaît le moyen breton Cette forme de la langue bretonne, qui faisait suite au vieux breton, fut utilisée entre le XII et le XVII°Siècle. Le plus vieux manuscrit en vieux breton date de l’an 800. Il s’agit d’un traité de médecine, aujourd’hui conservé à l’Université de Leiden, aux Pays Bas.

Le Catholicon, dont le manuscrit initial de 1464, est un dictionnaire incunable (ouvrage imprimé avant 1501), composé de 106 feuillets compilant plus de six mille entrées en moyen-breton, latin et français. Premier dictionnaire trilingue et également premier dictionnaire de français, cet ouvrage visait à rendre accessible le latin et le français aux jeunes bretons, leur permettant d’accéder plus facilement aux études de l’époque – l’Université de Nantes ayant été fondée en 1460.

Si la première version fut imprimée par le Père Jean Calvez en 1499, l’ouvrage connaîtra plusieurs rééditions différentes au cours des Siècles, chacune apportant son lot de mise à jour, de modifications et de retraits si symboliques de la vie d’une langue.

La suite de cet article est disponible dans notre numéro Kroaz ar Vretoned – Martyrs, la Puissance de la Grâce, disponible à l’achat sur notre boutique.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *