Solidarité - Bon samaritain
Editorial

L’Être et l’Agir dans le Monde

Voici l’éditorial de notre numéro 13 – Le Mont Saint Michel et les bretons, à commander sur notre boutique :

Les élections présidentielles se terminent, les élections législatives se préparent déjà, et dans leurs sillages toujours autant de déchirures, diatribes et invectives stériles. Débats d’egos plutôt que d’idées, plus portés sur l’abaissement de l’autre plutôt que l’avancée vers le Bien Commun : le Politikè (art politique) prend le pas sur le Politikos (gestion politique). Mais au fond, il serait injuste de ne jeter l’opprobre qu’aux seuls politiciens : ils ne sont, in fine, que la vitrine parfois cruellement révélatrice de notre société elle-même, de ses dérives et de ses faiblesses. Le philosophe Joseph de Maistre n’écrivait-il pas « Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite » ?

Cette vitrine politique n’est pas flatteuse certes, mais elle est juste : les débats d’idées politiques n’ont plus cours dans notre société, pourquoi seraient-il encore d’actualité pour nos hommes politiques ? Qui peut aujourd’hui définir le Libéralisme politique, le Socialisme de Jaurès ou le Nationalisme de Barrès ? La tension sociale et les invectives personnelles forment notre quotidien, pourquoi en serait-il autrement pour nos hommes politiques ? Si l’on peut parfois leur reprocher d’être déconnectés du pays au niveau économique ou dans leurs idées politiques, ils ne le sont pas dans leur Politikè : leur Agir reste en conformité avec celui de la majorité de la population, et s’inscrit même dans ses plus bas instincts pour y trouver un meilleur écho, notamment médiatique.

De fait, si l’on peut évidemment regretter cette dérive sociétale, il faut d’abord se rappeler ces quelques mots du Compendium sur la Doctrine Sociale de l’Eglise : « Il revient au fidèle laïc d’annoncer l’Évangile par un témoignage de vie exemplaire, enraciné dans le Christ et vécu dans les réalités temporelles: famille, engagement dans le cadre du travail, de la culture, de la science et de la recherche; exercice des responsabilités sociales, économiques et politiques.». Combien de déchirures devons-nous encore affronter dans nos paroisses et églises ? Combien de combats d’egos ont stoppé les dynamiques de service, de charité ou d’évangélisation ? Avant de vouloir changer la société ou les hommes politiques qui la représentent, il est parfois bon de faire un point sur nos « Être et Agir » dans le Monde. Changer la société ne passera qu’au travers d’un témoignage fort des catholiques, dans leur vie, dans leur comportement et dans leurs actions.

Et ce constat vaut également pour notre amour de la Bretagne : c’est par notre exemplarité et notre engagement au service de la Bretagne catholique que nous ferons avancer cette cause, pas en nous complaisant dans une vision exaltée et puriste d’une Bretagne autarcique, qui n’aurait pour seul moteur que la haine de la France et des autres. A nous de soutenir les belles initiatives, comme la Troménie de Marie ou simplement les multiples pardons qui vont fleurir dans nos paroisses cet été !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.