Saint Corentin
Saints bretons

Nos 7 saints fondateurs : Saint Corentin

Nous entamons une série d’articles sur les Saints Fondateurs de la Bretagne, en commençant par Saint Corentin, fondateur du Diocèse de Quimper. Cet extrait sur la vie de Saint Corentin est issu de l’ouvrage « La Jeunesse Bretonne sur les pas de ses Saints », écrit en 1936 par Marthe Le Berre.

Saint Corentin est l’un des saints les plus populaires de la Basse-Bretagne. Il est le premier aussi des saints Fondateurs des Evêchés bretons que visitaient, jadis, nos Pères, dans l’antique pèlerinage du Tro-Breiz…

Corentin naquit, au VI°Siècle, sur le sol-même de notre Cornouailles. De bonne heure, il se sentit attiré vers la solitude. Jeune prêtre, il choisit, pour s’y retirer, la forêt de Nevet, en Plomodiern. Là, séparé de tout commerce avec le monde, il menait une vie de recueillement et de prière. A peine en détournait-il le temps s’assurer son existence matérielle. Il se contentait, dit l’aimable historien de nos Saints, le Dominicain Albert Le Grand : « de gros pain qu’il mendiait quelquefois aux villages prochains, et de quelques herbes et racines sauvages ». Mais à ce menu frugal, Dieu ajoutait le poisson miraculeux que le bon Albert nous montre se présentant chaque jour au saint. Celui-ci, d’après la Légende, en prélevait une part suffisante à sa nourriture quotidienne, après quoi il le rejetait dans la fontaine où « tout à l’instant, il (le poisson) se trouvait tout entier sans lésion ni blessure ». Il est rapporté qu’un « curieux » voulut s’assurer, par lui-même, de ce prodige. Mais le petit poisson, coupé par cette main étrangère, resta « blessé » jusqu’à ce que Saint Corentin, de sa bénédiction, le guérit.

Le Roi Gradlon, de Cornouailles, vint un jour avec sa suite chasser dans la forêt de Nevet. Grande fut sa surprise d’y trouver Saint Corentin et, plus grand encore, son étonnement d’apprendre la sainteté de son existence. Cet étonnement ne connut plus de bornes quand il eut demandé, peut-être un peu par ironie, au solitaire s’il pouvait lui donner à manger, à lui et à tous ses hommes d’armes, et qu’il vit le petit poisson de la fontaine faire tous les frais du repas.

La suite de cet article est disponible dans notre numéro Kroaz ar Vretoned – Histoire et mémoire en Bretagne, disponible à l’achat sur notre boutique.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *