Pardons en Bretagne
Inculturation bretonne

Nos Pardons face au défi de l’Evangélisation

La place de la Foi catholique dans la sphère publique est un sujet récurrent au sein des communautés catholiques. En Bretagne plus précisément, cette question englobe même nos Pardons, processions ou encore nos chapelets sur la voie publique. De fait, certains défendent une laïcité stricte, un distinguo quasi-schizophrénique entre la sphère religieuse et la sphère publique, tandis que d’autres témoignent d’un zèle apostolique exalté, suivant l’adage de Saint Cyprien de Carthage « Salus extra ecclesiam non » (« Hors de l’Eglise, point de Salut »). Avec, en toile de fond, une grande problématique majeure : comment répondre, de la manière la plus sainte et bretonne, au devoir d’Evangélisation que le Christ nous a donné : « « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. » (Mt 28, 19-20) ?

Devoir d’Evangélisation

En premier lieu, même si la question peut paraître stupide, il faut se poser la question du « pourquoi » : dans notre société aseptisée où la spiritualité doit se faire silence devant l’omnipotente rationalité, la tentation pourrait être grande d’aseptiser l’annonce de l’Evangile, de choisir de se taire pour éviter la contradiction et les coups. C’est d’ailleurs la même question pour la Foi bretonne… Et pourtant, ce serait oublier l’avertissement de Saint Paul : « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile! » (1 Co 9, 16). » !
Car le but principal de l’Eglise restant « le salut des âmes et la félicité éternelle » , elle se doit d’avoir recours à toutes les voies d’Evangélisation, de témoignage de la Parole de l’Evangile, pour faire entendre l’appel de Dieu envers tous. Et c’est ici toute la différence entre Evangélisation et prosélytisme, dans son sens étymologique : Le prosélytisme, c’est-à-dire la conversion religieuse ou politique par l’unique raison et la rationalité, n’est intrinsèquement pas catholique – pour nous, la Conversion est « Œuvre de Dieu par la Grâce, car la Foi est un don de Dieu » (Catéchisme de l’Eglise Catholique – 153).

Bannière de la Chapelle Saint Ivy – Pontivy

Nos Pardons et processions, au-delà de leur aspect social important, sont d’abord les consécrations historiques et « inculturées » de cette réponse bretonne à l’appel du Christ, par la place centrale de la Messe, de la prière et de nos cantiques. Cette réponse est unique, propre à la Bretagne, et s’inscrit dans une Tradition populaire multiséculaire. En ce sens, réduire nos Pardons à de simples manifestations folkloriques serait passer à côté de leur essence même, et de leur but – les cantonnant au statut de fête de l’amicale locale, sympathique mais complètement stérile.

La suite de cet article est à lire dans notre numéro 12 – « Sainte Jeanne d’Arc et la Bretagne », disponible sur ce lien.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.