Saints céphalophores
Saints bretons

Nos Saints céphalophores

« On ne connaît pas la Bretagne si on ignore les saints bretons. […] Les saints celtiques compénètrent tellement la vie des gens qui sont nés sur le sol breton que leur culte est associé aux plus anciens souvenirs de chaque enfant du pays. »

Sainte Noyale fait partie de cette longue liste des saints appelés Céphalophores (du grec « qui porte sa tête »), c’est-à-dire des saints qui, suite à un martyre par décapitation par exemple, se relèvent et suivent un chemin particulier avant de rendre leur âme à Dieu. L’exemple peut être le plus connu est certainement celui de Saint Denis (III°Siècle) ou celui de Sainte Solange (IX°Siècle), mais notre Bretagne compte elle aussi un nombre considérable de Saints céphalophores, dont les plus connus sont Sainte Noyale, Saint Gohard, Sainte Tréphine, Saint Trémeur, Saint Miliau, Saint Bily, Saint Mélard ou encore Sainte Haude.

Aujourd’hui, les historiens considèrent qu’il existe environ 120 saints céphalophores, ce qui en fait assez peu compte tenu de la taille de la « grande assemblée des Saints ». Face à ces miracles, les historiens préfèrent toujours adopter l’approche du « folklore » et de la « légende », comme si l’inexplicable ne pouvait se justifier que par l’imagination populaire, par la crédulité des foules. S’il faut bien sûr prendre un pas de recul par rapport à l’histoire de ces saints et considérer le contexte historique particulier qui a pu enjoliver certains faits historiques, ces miracles rappellent tout de même que l’inexplicable peut parfois s’expliquer par la Foi, comme l’atteste les nombreux miracles que l’Eglise a pu, par la suite, valider lors des procès de béatification et canonisation.

Et ces miracles des saints céphalophores peuvent être, chacun à leur manière, des sources d’inspiration pour notre Foi : le dernier passage de la vie de Sainte Haude, où elle pardonne à son meurtrier ; les chemins du repos entamés par Sainte Noyale, Saint Gohard ou encore Saint Bily, peuvent nous rappeler les propos du Psalmiste « En Dieu seul, mon âme trouve la paix »…

La suite de cet article est disponible dans notre numéro Kroaz ar Vretoned – Martyrs, la Puissance de la Grâce, disponible à l’achat sur notre boutique.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.