Chouannerie
Lectures

Chouannerie, de l’espoir aux révoltes

Barbey d’Aurévilly écrivait en 1851 : « L’Histoire manque aux chouans. Elle leur manque comme la Gloire et comme la Justice… »[1]

Grâce aux travaux de l’historien Reynald Sécher, l’Histoire du Génocide Vendéen est aujourd’hui connue, et documentée. Moment historique d’une infinie tristesse où le gouvernement républicain a volontairement décidé de massacrer les populations d’une Province française, il résonne d’une manière particulière pour nous bretons. Car la Chouannerie y est profondément liée, que ce soit par les moments de lutte communs, par les difficultés traversées, par la majorité des objectifs visés.

Mais la Chouannerie n’est aujourd’hui plus enseignée à l’école, tout comme la Terreur d’ailleurs. Nos petites têtes blondes passent de la Bastille à Napoléon, oubliant cette dizaine d’année qui divisèrent tout un pays, qui virent des peuples se lever contre un système qui leur avait ôté leurs libertés, leur religion et souhaitait même leur ôter leur langue.

Face à cet oubli volontaire, voici un bel ouvrage qui pourra permettre aux adolescents de combler les lacunes d’un système défaillant. La Bande Dessinée écrite par Reynald Secher, illustrée par René Le Honzec, revient donc sur cette période historique de la Chouannerie, de ses prémices en 1789 à sa fin en 1815, en prenant en fil rouge la figure particulière du « Loup Blanc », Vincent de Tinténiac.

Pour lire la suite de l’article, n’hésitez pas à commander notre n°14 – La Chouannerie, via notre boutique.


[1] J.Barbey d’Aurévilly, l’ensorcellée (Paris 1851), éd. 1873

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.