Nominoe
Patrimoine

Nominoë, Tad ar Vro

Dans l’Histoire bretonne, quelques grands noms ont traversé les siècles mais peu peuvent se vanter d’avoir eu un impact aussi conséquent pour l’Histoire de la Bretagne que Nominoë, Roi de Bretagne. En 1857, Arthur de la Borderie, référence historique de Bretagne, exprimait aux assises de l’Association Bretonne son « étonnement de ne voir aucun signe rappeler aux générations qui se succèdent le souvenir du grand homme dont la politique et l’épée firent au IX°Siècle de la Bretagne ce qu’elle était encore en 1790 » [1]. De fait, si la statue a bien vu le jour, il a fallu attendre 2018 pour voir enfin l’inauguration du Mémorial Nominoë, à Bains sur Oust. 1167 ans après sa mort… 

Né à l’aube du IX°Siècle dans le Comté de Vannes, Nominoë vient au monde dans une Bretagne au bord de l’effacement. Pépin le Bref avait conquis Vannes en 753, et organisé la première Marche de Bretagne qui regroupait Vannes, Rennes et Nantes. Confiée aux sénéchaux et aux préfets, dont le plus célèbre sera Roland, de la fameuse Chanson du même nom, la Marche de Bretagne sert surtout à la fin du VIII°Siècle de base franque pour les attaques régulières contre la Bretagne.

Nominoë – Journal O lo lê n°4

Ainsi, par sept fois, le Roi des Francs, l’Empereur d’Occident Charlemagne et son fils Louis I°Le Pieux essayeront de soumettre totalement les bretons (786, 799, 811, 818, 822, 824, 825 et 830), avec un succès particulièrement notable de la campagne de 799. Les Annales du Royaume franc indiquent même que « Toute la Bretagne est sous domination franque, ce qui ne s’était jamais produit auparavant ». Les Bretons sont alors partagés entre deux choix : les premiers défendent la réunion de toutes les forces sous l’autorité d’un Roi breton, tandis que les autres tendraient à négocier avec les Francs, se soumettant au pouvoir politique franc pour protégeant la réalité du pouvoir par la noblesse bretonne. La Bretagne tente de s’unifier derrière la bannière du Roi Morvan, mais celui-ci meurt en 818 aux environs de Langonnet, et son successeur Wiomarc’h sera tué quelques années plus tard, en 825.

Dessin de Nominoë – Xavier de Langlais (Association)

La campagne de 818 est importante à plus d’un titre : non seulement elle fut réalisée par Louis Le Pieux lui-même, ce qui souligne l’importance de la défense bretonne, mais surtout elle est l’occasion pour le Roi carolingien de renforcer ses liens avec l’Eglise bretonne, par le renforcement de l’Abbaye de Landévennec et le développement d’autres abbayes, comme celle de Redon. Ceux-ci prirent par exemple la règle de Saint Benoit pour se conformer aux désirs de l’Empereur franc…

Pour lire la suite de cet article, n’hésitez pas à commander notre numéro 16 – Nominoë, Tad ar Vro, via notre boutique.


[1] Nominoë, Roi des Bretons armoricains, Erwan Berthou

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *