Saints bretons

Sainte Anne

On ne sait que peu de choses sur Sainte Anne dans les textes : jamais évoquée dans la Bible, elle est toutefois mentionnée dans le protévangile  de Jacques, évangile aprocryphe du II°Siècle : « l’ange du Seigneur vola vers elle, lui disant : « Anne, Dieu a entendu ta prière; tu concevras et tu enfanteras et ta race sera célèbre dans le monde entier. » Anne dit : « Vive le Seigneur, mon Dieu ; que ce soit un garçon ou une fille que j’engendre, je l’offrirai au Seigneur, et il consacrera toute sa vie au service divin. » Et voici que deux anges vinrent lui disant : « Joachim, ton mari, arrive avec ses troupeaux. » L’ange du Seigneur descendit vers lui, disant : « Joachim, Joachim, Dieu a entendu ta prière, ta femme Anne concevra. » »

Le Culte de Sainte Anne reste fort ancien : en 550, une église est bâtie à Constantinople en l’honneur de Sainte Anne et au VIII°Siècle, Saint André de Crète dédiait son Cantique de la Victoire à Sainte Anne. Toutefois, l’un des premiers sanctuaires en l’honneur de Sainte Anne aurait été établi au tout début du VI°Siècle par Saint Guénolé et Saint Corentin, sur un terrain offert par la Roi Gradlon suite à la submersion de la ville d’Ys.

Selon l’historien Arthur de la Borderie, le premier pèlerinage de Sainte Anne la Palud aurait eu lieu vers l’an 500, auprès d’une première chapelle construite par Saint Guénolé, connue sous le nom de « Santez Anna gollet » (Ste Anne la disparue). Certains historiens pensent qu’elle est située au sud-est des dunes actuelles sur un terrain aujourd’hui ensablé, que la mer recouvre aux hautes marées.

Ce culte de Sainte Anne en Armorique a notamment été évoqué dans le texte « De Virtutes Apostolorum », vies apocryphes d’apôtres écrites en latin et s’étant diffusé en Occident autour du VI°Siècle. Il faut également noter qu’en Bretagne, un certain syncrétisme exista longtemps avec la figure de la déesse celte Ana, déesse mère associée à la terre et à la fertilité, expliquant en partie le culte fort des bretons à Sainte Anne. Au sein de l’Eglise, l’institution de la Fête de Sainte Anne est plutôt tardive malgré la découverte en 792 des reliques de Sainte Anne par Charlemagne dans la crypte inférieure de la cathédrale Sainte Anne d’Apt. Le Pape Urbain V, en 1370, fait ajouter une messe en son honneur et en 1481, le Pape Sixte VI ajoute la fête solennelle de Sainte au calendrier de l’Eglise romaine, le 26 Juillet.

La suite de cet article est à lire dans notre numéro 14 – La Chouannerie, à commander sur notre boutique.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *